Beaucoup de lecture  , un peu de tout.




article rédigé par sonny le 31 Oct 2017 | Chroniques
| 0 Commentaire (le tien ?) |

Titre: 54 minutes / Auteure: Marieke Nijkamp / Editions: Hachette Romans

Résumé: 10 h 08 – KEVIN
Mec, il se passe quoi? Réponds-moi!

10 h 09 – SYLVIA
Tyler est revenu.

10 h 11 – MATT.
Claire j’ai trop peur. Il tire sur les gens. Qu’est-ce que je fais? CLAIRE DÉCROCHE S’IL TE PLAÎT!

10 h 27 – AUTUMN
Ça ne peut pas être vrai. Ça ne peut pas être Ty. Ça ne peut pas être mon frère.

10 h 30 – TYLER
Aujourd’hui vous m’appartenez tous.
Aujourd’hui vous allez m’écouter.

Mon avis:
Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Hachette Romans qui m’ont fait confiance en m’accordant le droit de lire ce roman en avant-première. Étant toute nouvelle sur Netgalley, je ne pensais pas que ma demande serait approuvée. C’est donc avec plaisir que je partage ma chronique avec vous.

Dès que j’ai lu le résumé du livre 54 minutes, je me suis dit qu’il fallait absolument que je le lise. Le sujet abordé est un sujet qui m’attire beaucoup. Pendant longtemps, je me suis intéressé à ce genre d’événement et plus particulièrement à la tragédie de Columbine (Bizarre moi? Mais non) 54 minutes traite d’un sujet dur et malheureusement toujours d’actualité aux Etats-Unis: les fusillades dans les établissements scolaires.

Il faut savoir que j’ai lu le livre en format numérique, ce qui n’est pas du tout dans mes habitudes. J’avoue que cela m’a un peu perturbé au départ. Je n’avais pas réellement l’impression de lire un livre, mais j’ai réussi à passer au-dessus et à me plonger dans l’histoire. Ce qui m’a au départ le plus dérangé est le nombre important de personnages. Je m’y perdais un peu et il m’a fallu un petit moment pour différencier chacun et comprendre leur rôle. Le fait que leur point de vue soit très court ne m’a pas facilité la tâche. Mais une fois imprégné dans l’histoire, je n’ai plus décroché et le format numérique n’a plus été un souci.

Venons-en à notre histoire. La journée commence comme d’ordinaire ce jour-là au lycée Opportunity. Personne ne se doute de ce qui va arriver. La majorité des élèves sont confinés dans l’auditorium pour le discours de la principale. Les choses se déroulent correctement jusqu’à l’arrivée d’un adolescent dans la salle. Tyler. Armé de son flingue et de toute sa rage, il ouvre le feu sur la foule.

À partir de là, nous vivons les 54 minutes d’angoisse avec eux. Nous sommes à l’intérieur de l’auditorium avec Tyler, Autumn et Sylvia, en plein milieu du chaos. À l’intérieur du lycée avec Tomas et Fareed, mais également à l’extérieur avec Claire et Chris. Ses points de vue différents sont la force du livre, ils nous permettent de comprendre pourquoi cela est en train de se produire. Mais aussi, nous sommes témoins de ce qui est mis en place pour stopper ce carnage. À chaque nouveau chapitre dans l’auditorium, l’auteure a réussi à me transmettre la peur des personnages, mais aussi leur espoir de s’en sortir. Et à chaque nouveau coup de feu, j’ai tremblé avec eux.

J’ai apprécié le fait que chaque personnage à son histoire personnelle, ses failles et ses blessures. Ils sont tous bien exploité, aucun n’est plus développé que les autres. Souvent, dans les livres à plusieurs points de vue, l’auteur à tendance à en mettre de côté, mais pas ici. Ma seule petite déception: ne pas avoir le point de vue de Tyler. Il est le centre de l’histoire, mais malheureusement aucun chapitre ne lui est personnellement consacré. J’aurais aimé avoir ses pensées profondes et savoir ce qu’il ressentait.

54 minutes aurait pu être un roman sur une simple fusillade, mais ce n’est pas le cas. Le message est bien plus fort. C’est surtout l’histoire personnelle de ses jeunes… La souffrance d’un jeune garçon qui n’a trouvé que cette solution pour ne plus avoir mal. Le deuil auquel lui et sa sœur doivent faire face et qui a changé leurs vies pour toujours. L’héroïsme de Tomas qui tente tout pour sauver sa sœur et ses camarades. La peur et le courage de Sylvia pour affronter celui qui est son pire cauchemar… Mais il y aura aussi l’après-fusillade que l’on devine difficile pour ceux qui restent. Les survivants ne ressortiront pas indemnes de cette tragédie tout comme nous, lecteurs.

Le livre sort demain et je vous conseille vraiment de foncer l’acheter! Personnellement, je compte me le procurer en version papier.

« Nous sommes Opportunity et nous n’aurons pas peur. Nous sommes Opportunity et nous vivrons. »


Aucun commentaire

Laisser un commentaire