Beaucoup de lecture  , un peu de tout.




article rédigé par sonny le 17 Juil 2018 | Chroniques
| 0 Commentaire (le tien ?) |

Titre: Le poids de l’océan / Auteure: Heidi Cullinan / Editions: MXM Bookmark / Lien d’achat: AmazonFnac

Résumé: « Le lycéen Jeremey Samson n’a qu’une envie, se terrer sous sa couette et dormir jusqu’à ce qu’il puisse entrer à la fac. C’était sans compter l’arrivée fracassante dans sa vie d’un ouragan appelé Emmet Washington. Le major de promo en maths et informatique est non seulement magnifique, hardi, incroyablement intelligent – et intéressé par Jeremey – mais également autiste. Mais Jeremey ne s’en soucie pas. Il est bien trop occupé à se blâmer, tout comme ses parents qui ne croient pas que la dépression puisse être une véritable maladie. Quand il atteint le point de rupture, Emmet le sauve et l’accueille comme colocataire à Roosevelt, un établissement atypique pour personnes dépendantes À mesure que Jeremey reprend doucement pied, Emmet commence à croire qu’il peut être aimé au-delà de son autisme. Mais avant de lui faire suffisamment confiance pour se laisser aller à l’aimer, Jeremey doit trouver la force de croire en ses propres mots, de croire que l’amitié soigne l’âme et que l’amour peut surmonter tous les obstacles. »

Mon avis:
Le poids de l’océan, c’est l’histoire de deux jeunes hommes. Emmet, 19 ans est autiste. Il vit avec ses parents et sa tante. Il est doué en mathématique, a une mémoire photographique étonnante et a une façon de communiquer ses émotions bien à lui. Jeremey, lui a 18 ans et souffre de dépression et d’anxiété. Il passe son temps terré chez lui et fait des crises d’angoisse dès qu’il met le nez dehors. Ses parents ne l’aident en rien et ne croient pas que la dépression puisse être une maladie à prendre au sérieux. Le point commun de ses deux jeunes ? Ils sont voisins et gay.

Si Jeremey ignore l’existence d’Emmet, ce n’est pas le cas de ce dernier. De chez lui, il ne cesse d’observer Jeremey quand il est dans son jardin. Il ne souhaite qu’une chose : avoir l’occasion de le rencontrer et d’en faire son petit ami. Une fête de voisinage va enfin lui donner un coup de pouce.

Dès leur première rencontre, une amitié aussi forte qu’inattendue va s’installer entre eux. Jeremey va trouver une certaine facilité à s’ouvrir à Emmet. Il va enfin pouvoir mettre des mots sur sa souffrance.

Les sentiments amoureux naissent doucement. Même si les deux personnages principaux s’aiment réellement, l’auteure n’a pas forcément cherché à mettre la romance en premier plan et c’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié.

Au moment où leur relation s’officialise, les deux amoureux vont être confrontés à bien des souffrances. Forcés de rester loin de l’autre, ils vont continuer à communiquer par sms, mais Emmet assiste à la descente aux enfers de son petit ami jusqu’au point de non-retour. À partir de ce moment, l’histoire prend un autre tournant. Emmet et Jeremey vont se retrouver à vivre ensemble et vont devoir apprendre la vie à deux. Pas facile quand l’un a besoin de règles et de contrôle et que l’autre ne fonctionne pas pareil. Il est difficile d’en dire plus sans vous spoiler et clairement, ça serais tout gâcher.

L’histoire est bouleversante tout comme les personnages. Emmet est un personnage intriguant à qui je me suis beaucoup attaché. Il parle tantôt sans filtre, tantôt avec contrôle et préparation. Il est un jeune homme complexe du fait de son autisme, mais tellement vrai. Jeremey est beaucoup plus effacé et réservé. Sa dépression le maintient à terre et quoi qu’il fasse, il se sent responsable de tout ce qui ne va pas autour de lui. C’est un personnage que j’ai vraiment apprécié et qui m’a énormément touché. Parfois beaucoup trop. Je crois que l’une des plus belles choses de ce livre, c’est son évolution personnelle.

La romance entre Emmet et Jeremey est vraiment belle. Voir ces deux jeunes abîmés s’appuyer l’un sur l’autre est quelque chose de vraiment beau à lire. Leurs différences font leurs forces et ensemble, ils vont tout affronter.

S’il y a quelque chose qui m’a profondément marqué dans ce bouquin, c’est la métaphore de la dépression de Jeremey avec l’océan. Je l’ai trouvé de toute beauté et j’y ai trouvé toute la signification du titre du roman.

Je ne peux que vous conseillez de lire ce magnifique roman ! Perso, il me tarde de lire la suite !

« Mes émotions sont bruyantes et prennent beaucoup de place. C’est dur pour moi de les contenir. Elles me font couler, me donnent l’impression que je suis lourd et fatigué et submergé. Parfois, j’ai l’impression que tout le monde porte un seau d’eau et que moi, j’essaye de porter un océan. C’est très dur, parfois, j’aimerais ne pas porter mon océan, même si ça voudrait dire que je ne serais plus en vie. »


Aucun commentaire

Laisser un commentaire