Titre : Vider l’Océan en 660 minutes
Auteure : Juliette Marrati
Éditeur : MxM Bookmark
Publication : 15 juin 2020

Service presse Editions Bookmark

Résumé: « Océan n’a jamais aussi bien porté son nom que le jour où il a tenté de vider les eaux troubles qui emplissent son âme. Il a entraperçu le tourbillon salé et les vagues calmes, au bord du rivage de la mort. Il n’avait cependant pas envisagé qu’il allait se réveiller de nouveau, à l’aube de cette journée où il aurait dû ne plus être de ce monde, et dans le corps d’un autre ! Commence alors pour Océan un périple extraordinaire, qui lui fera revivre de loin ses derniers instants, et ceux de son entourage, avant son geste fatidique. Heure par heure, il devra revivre tous ces événements qui l’ont poussé à commettre l’irréparable, avec une terrible question en tête : que se passera-t-il lorsque tout ce temps se sera écoulé ? »

Mon avis: Quel roman original ! J’ai commencé ma lecture sans aucuns souvenirs du résumé. Tout d’abord, je me suis demandé ce que je lisais. Je trouvais ça vraiment étrange (dans le bon sens) et je me demandais où ça allait me mener. Et puis dès les premiers chapitres, j’ai été emportée dans l’histoire.

Océan, un adolescent en mal de vivre décide de mettre fin à ses jours. Mais il n’avait pas prévu de se réveiller dans le corps de quelqu’un d’autre. Félix, son ancien ami, devient son nouveau vaisseau. C’est dans ce corps qu’il va vivre les quelques heures qui précèdent son suicide.

Je ne vais pas vous en dire plus concernant le reste de l’histoire. Je ne veux rien vous gâcher. Pour moi, Vider l’océan en 660 minutes est un roman coup de poing. Il nous prouve que souvent, un geste, un mot ou un regard, peuvent changer les choses. J’ai été adolescente, j’ai été Océan, et la vie m’a prouvé qu’une personne, une présence, peut tout changer.

Lisez ce livre de toute urgence. L’écriture de Juliette est tellement belle ❤️ Son histoire est magnifique ❤️ Vraiment, lisez-le.

Tant de sourires auxquels répondre, tant de rires à imiter. Je pense à cet ami laissé sur la berge, à la blessure de ne plus voir de mains tendues. L’obscurité a peu à peu recouvert l’océan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *